À l’heure où l’espace urbain est une denrée rare et les habitations rétrécissent, des étudiants de Géorgie, États-Unis, montrent qu’il n’est pas nécessaire de choisir entre style et fonctionnalité.

La demande de logement en zone urbaine bat des records historiques. D’après les Nations-Unies, la densité urbaine va doubler d’ici à 2050, donc la pression sur les architectes et les urbanistes ne va pas relâcher.

Né en Géorgie le SCADpad est parmi les meilleures innovations

Question urbanisme, les villes du monde entier font preuve de créativité afin de satisfaire la demande de logement. À San Francisco par exemple, des designers mettent le projet SmartSpace au ban d’essai. Il s’agit de minuscules unités de vie de 20 m², tandis qu’à Tokyo des micro-appartements occupent des espaces laissés à l’abandon. On a également remarqué l’essor du mobilier modulable pour gagner de place, depuis les toilettes aux lits escamotables. L’essence étant de montrer que tout ce qui est petit ne manque pas de style et de confort.

À l’heure actuelle, l’une des idées les plus innovantes nous vient de Géorgie, outre-Atlantique. Des étudiants du Savannah College of Art and Design (SCAD) s’inquiétaient du nombre de parcs de stationnements inutilisés en zone urbaine, un chiffre voué à la hausse puisque la tendance est à l’utilisation des transports publics et que le covoiturage gagne en popularité.

Constatant que les garages sont souvent construits au centre ville, à des endroits stratégiques, exactement là où la population se bat pour trouver un lieu de vie, les étudiants ont eu l’idée du SCADpad.

« Comment transformer un parking à étage en lieu de vie agréable ? »

Le SCADpad est un micro-studio dont les dimensions conviennent à une place de stationnement standard dans un parking. Sa surface est de 12,5 m², pas un cm de plus, mais la structure est mobile si bien que lorsqu’une place de parking est exigée, le micro-studio est déplacé sur une autre. Les unités sont entièrement équipées, incluant cuisine, salle-de-bain et espace de vie modulable.

Jerome Elder, étudiant SCAD participant au projet dès les débuts, raconte : « On nous a demandé de repenser la question du logement, qui devient de plus en plus complexe pour toutes les conurbations du monde entier. De là, nous avons exploré, créé et expérimenté. Le concept est véritablement né d’une collaboration exceptionnelle – près de 100 personnes ont partagé leurs idées et échangé leurs perspectives, se défiant les uns les autres. »

L’un des plus gros défis, outre les contraintes de tailles évidentes, était de conférer à l’espace une atmosphère conviviale donnant envie d’y vivre. « Les parkings à étages sont des infrastructures géniales mais comment les transformer en lieu de vie agréable ? s’est demandé Jerome. Il ne s’agissait pas de maison, mais de communauté. La plupart du temps, les parcs de stationnement sont des volumes géants de béton et d’acier, des structures par conséquent assez froides qu’il fallait absolument rendre chaleureuses. »

Espace vert partagé, espace « bâtisseurs », les SCADpads ont beaucoup à offrir

Les étudiants ont choisi de créer un espace vert pour les résidents des SCADpads, un espace comprenant un jardin communautaire et une aire de recyclage et de compost partagée. Ils ont aussi créé un espace dit « bâtisseurs », équipé d’une imprimante 3D. Les résidents peuvent ainsi créer des éléments spécifiques à leur logement et utiliser un dispositif d’exploitation de la lumière naturelle placé sur le toit afin d’éclairer les étages inférieurs.

Jerome a habité dans un SCADpad pendant une semaine et, à la fin, il ne voulait pas céder sa place. « Notre époque est fana de communication et de partage et le SCADpad nous a vraiment donné l’occasion de partager. Pas par le truchement de la technologie, mais en chair et en os. » Il raconte que les résidents ont cuisiné ensemble et même récolté les fines herbes poussant dans le jardin communautaire. Il conclut sur ces mots : « Nous avons beaucoup appris et beaucoup ri aussi ».

Les étudiants ont créé trois prototypes. D’autres unités, exemples extraordinaires d’architecture urbaine, seront bâties en deux mois tout au plus et vendues 40 000 USD (37 000 €) au maximum.

Pour en savoir plus, consultez le site dédié au SCADpad et suivez le Savannah College of Art and Design sur Facebook ou Twitter !

Toutes les images (en-tête y compris) : SCADpad