Avec son nouveau portail nebenan.de, Christian Vollmann, le fondateur de plateformes en ligne comme eDarling et myVideo, souhaite améliorer le vivre ensemble dans nos villes. Dans l’entretien qui suit, le parrain du concours d’idées smart urban pioneers parle de l’avenir des villes, du pouvoir des mouvements associatifs et de la véritable influence des réseaux virtuels.

Monsieur Vollmann, êtes-vous un citadin ?
Christian Vollmann: Je suis citadin par passion. Je viens de la campagne mais j’ai choisi d’habiter en ville, et plus précisément à Berlin. Un choix que je n’ai jamais regretté.

Qu’est-ce qui vous plaît dans la vie berlinoise ?
Christian Vollmann: Je suis fasciné par la diversité des grandes métropoles, la présence de gens des quatre coins du monde, l’offre culturelle et culinaire. Berlin a cela de particulier qu’un vent de liberté y souffle. On peut y être ce qu’on veut être. On peut y « vivre et se laisser vivre », cette devise convient bien à la capitale allemande.

Quels sont les grands enjeux pour les villes d’aujourd’hui ?
Christian Vollmann: L’urbanisation croissante et le besoin pressant en logement, sans parler des tarifs exorbitants de l’immobilier, sont devenus un défi social. Cela se répercute sur les infrastructures qui accusent le coup – je ne pense pas seulement au trafic mais aussi aux écoles et aux maternelles. L’expansion des villes est également synonyme d’un anonymat plus fort, ce qui entraîne un isolement encore plus prononcé des personnes âgées, tandis que notre société a franchi un seuil démographique.

N’est-ce pas le rôle des personnalités politiques et de l’administration de régler ces enjeux ?
Christian Vollmann: À mon avis, on réussit à accomplir plus de choses avec un mouvement citoyen actif. Si on attend que l’état, les villes et les communes règlent tous nos problèmes, nous sommes perdus. On y arrivera plus vite avec un engagement citoyen fort et des initiatives personnelles. Chaque individu peut, avec un peu de temps et à peu de frais, contribuer, à sa façon, à faire changer les choses.

Pourquoi les habitants y arrivent-ils mieux par eux-mêmes ?
Christian Vollmann: Les projets qui viennent d’en bas, mis en œuvre par les locaux et pour leur voisinage, ou ce qu’on appelle le mouvement associatif, fusionnent l’intelligence et de la créativité collective d’un grand nombre de personnes. Il est évident que 100 000 personnes engendrent bien plus de chose que des individus isolés, comme quelques employés de l‘administration. Voilà pourquoi je suis persuadé que la plateforme de voisinage nebenan.de, que j’ai créée avec mes collaborateurs, donnera vie à des projets dont nous n’avons pas encore idée.

 

« Un projet urbain réussi sait tirer profit des réseaux sociaux. »

Qu’est-ce qui fait le succès d’un projet urbain ?
Christian Vollmann: Avant tout, ce projet doit être simple d’accès. Chaque personne qui s’implique doit pouvoir comprendre d’emblée les bénéfices pour elle et la communauté. Ensuite, le projet doit avoir un potentiel viral, et surtout, être fédérateur. Un projet urbain réussi sait tirer intelligemment profit des réseaux sociaux et s’en sert comme des outils afin de créer une sorte de mouvement.

Quelles sont les erreurs à éviter ?
Christian Vollmann: Une innovation ne doit en aucun cas se contenter d’être virtuelle. Elle doit avoir une influence tangible sur la vie réelle, une incidence sur la société. Nous avons conçu nebenan.de dans cet esprit. C’est un réseau social à portée concrète. Ma demande d’échelle ou de perceuse se fait de façon virtuelle, mais je dois aller sonner chez les voisins, et donc affronter le monde réel, pour obtenir ce que j’ai demandé. Ainsi, les réseaux sociaux sont juste un moyen de diffuser une idée et de faire le buzz.

Comment encourager les idées innovantes et leur mise en œuvre ?
Christian Vollmann: Les prix et les concours sont un excellent moyen de soutenir des projets et promouvoir des visions nouvelles. Aux États-Unis par exemple, le X-Prize doté de 10 millions de dollars a lancé de façon décisive l’aéronautique privée et commerciale. En Allemagne, il convient d’améliorer le climat entrepreneurial. À ce propos, un changement de mentalité radical est nécessaire : il faut cesser de stigmatiser l’échec.

Christian Vollmann smart urban stories
« Nous avons conçu nebenan.de dans cet esprit. C’est un réseau social à portée concrète. »

Et le concours d’idées smart urban pioneers, en quoi se distingue-t-il des autres ?
Christian Vollmann: C’est un savant mélange entre campagne de financement collaboratif, encadrée par des professionnels, et soutien financier en fin de course. Ce dernier point est crucial d’ailleurs, car ce type de campagne requiert un travail de titan. Il faut établir un calendrier précis et s’y tenir, et fournir des documents visuels et vidéo de qualité. C’est justement ce que propose smart urban pioneers.

Qu’est-ce qui vous a convaincu d’en être le parrain ?
Christian Vollmann: Contribuer à résoudre les défis sociaux urbains impactant notre avenir, c’est justement ce que nous faisons avec nebenan.de. En outre, je m’efforce d’agir en tant que citoyen responsable, un autre élément essentiel du concours smart urban pioneers. Par dessus le marché, le jury était convaincant. Nous allons dénicher et soutenir des personnalités entreprenantes qui veulent faire bouger les choses. C’est du 100 % moi. J’en aurais eu bien besoin quand j’initiais mes projets, et c’est ce que j’ai fait en tant que Business Angel.

Toutes les images (en-tête y compris) :  nebenan.de